Le Shogun à Genève (Japonais)

Un restaurant japonais qui est spécialisé dans les brochettes, j’étais impatient d’y aller mais j’ai été un peu déçu au final, la carte est intéressante, il y avait des bonnes et des mauvaises surprises mais en gros, rien de particulier qui me donne vraiment envie d’y revenir.

Notre dîner :

Edamame (11fr) 2x

* * *

Yakitori kohitsudi, 2pces (9fr)
Yakitori kawa, 2pces (8fr) 2x
Yakitori cheesemaki, 2pces (8fr) 2x
Yakitori hatsu, 2pces (8fr)
Yakitori neguima, 2pces (8fr) 3x
Yakitori tsukune, 2pces (8fr) 2x
Yakitori sasami, 2pces (8fr)

* * *

Sunomono moriawase (25fr)
Shiake kawa maki, 6pces (15fr) 2x
Spicy tuna roll, 6pces (15fr)
California maki, 6pces (10fr)
Temaki shiake avocado, pce (13fr)
Nigiri uni, 2pces (17fr)
Nigiri unagi, 2pces (13fr) 5x
Nigiri maguro, 2pces (9fr)
Nigiri tai, 2pcews (9fr)
Nigiri shiake, 2pces (8fr)
Nigiri tamago, 2pces (8fr) 2x

* * *

Henniez bleue 5dl (4.50fr) 2x
Coca Cola 33cl (4.50fr)
Coca Cola Zero 33cl (4.50fr)
Genmaicha hakushun, tasse (5fr)
Thé froid japonais au citron 5dl (10fr)
Café (3.80fr) 4x

393.20 frs. pour quatre personnes

Yakitori hatsu (coeur de poulet) : Elles étaient sympathiques, deux brochettes de deux coeurs chacune coupés en deux, ils avaient un goût pas trop forts avec cette texture naturelle un peu souple et élastique.

Yakitori kawa (peau de poulet) : Elles étaient correctes, deux brochettes, rien de fabuleux, c’était assez gras avec une cuisson forte et rapide, ne laissant pas le temps à la graisse de fondre et la peau de croustillé, de plus c’était un peu brûlé.

Yakitori kohitsudi (agneau) : Elles étaient bonnes, deux brochettes avec une viande légèrement grasse, cuite saignante à rosée, elle était tendre et juteuse.

Sunomono moriawase (salade de fruits de mer) : Elle était totalement décevante, composée principalement d’algues wakame, du concombre et garnie simplement de deux crevettes, deux palourdes, deux crevettes douces crues et une tranche de poulpe, assaisonnée d’une sauce très douce. Cette salade aurait pu être correcte mais au prix vendu et de la qualité des produits (surgelés, sous vide, en tranches), c’était loin être suffisant.

Nigiri uni (oursin), nigiri unagi (anguille grillée) : Ils étaient correcte, bons. La boule de riz était assez grosse, la texture de l’anguille était souple et élastique, un peu grasse et nappée d’une sauce légèrement sucrée. L’oursin sous forme de gunkan était bon, un goût prononcé, un peu amer et pas trop iodé.

La situation : Le Shogun (rue du 31 décembre 16, 1207 Genève, +41 22 736 93 06) est un restaurant japonais ouvert le lundi midi, du mardi au vendredi et le samedi soir (12h à 14h et 19h à 22h), fermé le lundi soir, samedi midi et le dimanche. Il est situé près du quartier des Eaux-Vives, proche du centre ville, la gare de Cornavin est à une vingtaine de minute à pied, le bus n°6 ne s’arrête pas loin, et il y a quelques places de parc par-ci par-là pour les motorisés.

Le cadre : L’établissement est composé d’une salle et d’une terrasse. La salle n’est pas très grande, l’aménagement très serré, une salle richement décorée et un mobilier assez classique aux couleurs noirs et bois clair.

La carte : Un large choix de brochettes et de makis

L’ambiance : Il y avait beaucoup de monde et selon mon ami, il ne faut pas être en retard pour votre réservation car ils ne gardent votre table que 15 minutes.

Le staff : Il y avait trois personnes en salle, une équipe masculine, c’était rapide, correct, parlant bien français. il y avait deux itamaes au sushi-bar et deux en cuisine.

Le rythme : C’était rapide, il y avait peu d’attente.


Agrandir le planJe suis également présent sur FacebookInstagram ou Twitter. Faites un like, suivez, regardez, abonnez-vous, cela me sera d’une grande aide pour moi. Si vous souhaitez me connaître plus c’est par ici : Qui suis-je. Merci.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.