Les sites de ventes flash ! La bonne affaire mais pour qui ?

TopDeal, DeinDeal, Groupon, Qoqa, RealDeal etc. … à l’heure actuelle, ils sont très nombreux à nous proposer des offres à prix réduit, souvent à 50 %, parfois plus, parfois moins. Les objets de l’offre vont des gadgets high-tech aux mobiliers en passant par les articles de sport, des séjours, des voyages, etc. mais ce qui me touche particulièrement sont les offres du type “restaurants” car cela touche mon domaine de travail, ils proposent par exemple “deux menus pour le prix d’un” ou bien un “bon de 100 francs pour la moitié de son prix”, etc. Ma question est : A qui profite le plus ces offres ? La société qui les vends, les utilisateurs ou bien les partenaires ? Je ne sais pas qui est à la première place mais d’après mon expérience personnelle vécue dans le restaurant où je travaille, je sais que nous sommes à la troisième place.


Nous avons souscrit en tout chez deux partenaires sur une durée totale de neuf mois, la première expérience a été désastreuse, tout ce que l’on voulait c’était que la validité du deal se finisse, la seconde expérience c’est mieux passée car nous avons appris de nos erreurs et mieux préparé les conditions mais apparemment ce n’était pas encore assez car ce fut quand même un bilan assez mitigé.

Notre deal, c’est bon pour votre business : Les commerciaux de ces sociétés ont bon nombre d’arguments convaincants, souvent les mêmes d’une société à l’autre : nos partenaires sont contents, vous allez augmenter votre visibilité grâce à notre site et nos millier d’utilisateurs, les gens vont découvrir votre restaurant et revenir, vous allez faire de la marge sur les petits plus (café, vin, dessert) etc. Tout ceci est vrai mais hélas, ne représente que la partie émergée de l’iceberg car en dessous, ils y a beaucoup de mauvais points qu’ils ne vous le diront pas, volontairement ou pas mais c’est de bonne guerre, on ne peut pas leur en vouloir de faire leur travail.

La clientèle ? Nous avons fait de jolies rencontres sympathiques avec des épicuriens qui sont vraiment là pour découvrir, se faire plaisir, ils prennent leur temps, consomment, discutent, parfois avec nous, ce genre de situation, nous les apprécions mais ils sont malheureusement bien trop rares.

Soyons francs, la majorité des gens qui viennent avec ces bons ne sont là que pour profiter du bon et ne reviendront plus ou seulement si nous proposons un autre deal mais le pire c’est de voir des gens passer des dizaines et des dizaines de minutes à faire leur choix tout en calculant le prix au plus juste, combien de client n’ont même pas atteint la somme du bon ou l’a juste dépassée, ce qui au final, nous rapporte entre 11 et 14 francs par client, à ce prix-là, autant faire du kébab, 10 francs de gagné pour 5 minutes de travaille, c’est plus rentable. Il ne nous est pas facile de payer nos fournisseurs en fin de mois quand nous avons trop de situations de ce genre. Ceci est le moindre des désagréments car il n’est que financier, mais que ça touche au moral ou à la santé.

Que faut-il penser quand simplement les clients ne respectent pas les conditions d’utilisation ? En plus de nos horaires de travail, il faut encore passer du temps à gérer ces petits problèmes que génèrent les deals, au final on passe encore du temps à gérer des choses qui n’ont pas lieu d’être si les utilisateurs respectent simplement les conditions qu’ils ont acceptés en achetant leur bon.

Je ne cherche pas à convaincre les utilisateurs de ne pas acheter ce genre de bon mais plutôt à prévenir les restaurateurs de ce genre de deal, tout ne parait pas aussi simple et beau, peut-être que vous aurez la chance que tout ce passe bien avec des clients sympathiques mais ce n’est pas le cas pour nous.


Voilà quelques exemples de situation que nous avons eu, à rire, à pleurer ou à s’énerver.

Les conditions stipulent qu’il est obligatoire de réserver à l’avance par téléphone mais ça n’empêche pas que :
– Des gens réservent par email.
– Des gens réservent mais qui sur place nous annonces qu’ils ont un bon.
– Des gens viennent sans avoir réserver mais qui ont un bon avec eux.
– Des gens viennent sans leur bon mais qu’ils l’ont sur leur mobile.
– Des gens oublient leur bon mais promettent de vous contacter plus tard (ceux-là, ils sont pas mal, j’ai tenté de les contacter mais en vain, plus d’une année après, j’attends encore, heureusement que j’avais une trace que j’ai utilisé pour retrouver le bon sur la base de donnée du partenaire, quelle perte de temps …)

Les commerciaux me disent que les gens dépenseront plus, c’est là que nous ferons de la marge, heureusement que les cas suivants sont peu nombreux mais y en a quand même un peu trop.
– Le couple lauréat du calcul à dépenser 81.50 francs, après déduction du bon, il nous reste 1.50 francs, on rajoute notre part sur le bon, on gagne 14.25 par personnes. (Génial la plus-value !).
– Toujours mieux que les gens qui n’ont même pas atteint le montant du bon. (Encore moins de plus-value !).

Les conditions stipulent que “1 coupon max, vaut pour 2 personnes, possibilité d’en acheter 5 supplémentaire pour offrir, pas de vente à emporter”.
– Une table de trois qui veulent valider deux bons.
– Une personne seule qui veut réserver avec un bon car son ami est tombée malade ou à un imprévu.

Les conditions stipulent “valable à midi” ou “valable le soir” et ” horaire d’ouverture”.
– Des gens qui veulent venir après la date de validité alors que ces bons sont valables durant 3 mois. (Il y a toujours des gens qui attendent le dernier moment).
– Des gens qui viennent à midi avec des bons valables que le soir.
– Des gens viennent le soir avec des bons valables que le midi. (Certains nous l’ont demandé avant, ok pour eux mais d’autre vous le sorte avec un sourire : “ah bon, je l’avais pas vu !” ou “mais ce n’est pas grave, ça change rien”. Rien ne sert de discuter de condition avec les commerciaux, les gens font ce qu’ils veulent après).
– Des gens qui sont venus plusieurs fois (Les gens qui fraudent en achetant plusieurs bons, ça ne dérange apparemment pas trop les sociétés émettrice de bon).

Le dernier service avant la fin de validité, c’est souvent là qu’il y a les plus grosses “perles”.
Nous avions un bon qui propose “deux menus pour le prix d’un”. Le dernier soir, un couple ayant réservé avec un bon arrive et nous dis qu’ils n’ont pas un mais deux bons, on leur explique que ce n’est pas possible selon les conditions, etc … nous sommes déjà en plein service, ils font perdre du temps à notre unique serveur ainsi que mon collègue  chef, afin de ne pas créer un ralentissement, nous acceptons de faire le second bon à emporter et deviner quoi ? Putain, ils l’ont mangé sur place, comme si les boites pour emporter étaient gratuites en tombant du camion, le pire, c’est que je ne les ai jamais revus.

Autre bon, autre histoire, cette fois nous avions émis des bons d’un montant x payé moitié prix. Le dernier soir encore, une table réserve pour 4 personnes avec deux bons, le temps passe, il n’y pas de 4ème convive, il commence leur repas à trois. En fin de soirée, ils demandent l’addition en nous donnant les deux bons, ont leur explique que selon les conditions ce n’est pas possible (pourquoi faut-il toujours expliquer ce qui est déjà écrit), en plus ce sont des bons valables à midi alors qu’il ne l’ont jamais mentionné, nous leur proposons d’accepter un bon et qu’ils pourront revenir avec leur second bon dans un délai supplémentaire au-delà de la validité, ils nous ont répondu que c’était hors de question que dans ces conditions ils ne voudraient de toutes façon plus revenir, que ça ne changeait rien pour nous d’accepter ces bons et que du fait qu’ils avaient pris notre grand menu dégustation, que l’on pouvait bien accepter deux bons et que l’on gagnerait bien assez quand même. Devons-nous comprendre que ceux qui ont un bon et consomme moins que eux, nous pouvons les traiter différemment ?

Conclusion : Les gens n’ont simplement aucun respect pour nous, ils nous traitent comme de la merde, ils pensent parce que le restaurant est plein certains soirs, donc on gagne bien assez pour accepter tout et n’importe quoi, ils font ce qu’ils veulent des conditions qu’ils ont acceptés, les sociétés de bons vous diront que si les utilisateurs ne respectent pas les conditions, ils suffit de les refuser, simple à dire mais difficile à à faire, surtout en fin de repas au moment de l’addition.

Bref, après deux tentatives où l’on se sent assez blessés, démotivés, fatigués, agacés et énervés, nous ne voulons simplement plus refaire ce genre de partenariat. Nous savons que nous ne sommes pas bon marché, c’est voulu, notre type de cuisine est celle que l’on veut proposer, c’est du minute, frais, léger et équilibré, nous ne voulons pas faire du plus rapide, plus copieux et moins cher, on le pourrait, ils suffit de remplacer les produits chers par des moins coûteux, utiliser plus de surgelés, avoir du personnel au noir mais ce n’est pas ce que nous voulons, nous avons une philosophie et on chercher la clientèle qui à le même esprit que nous, même si pour cela, nous passons par des phases difficiles pour nous mais également pour nos clients.

Nous sommes donc désolés de ne plus pouvoir offrir la possibilité de nous découvrir à ceux qui ont des budgets serrés mais là, trop, c’est trop.

Attention, les divers sociétés que j’ai cité en première ligne l’ont été en tant que “site de vente flash” et ne sont pas forcément concernés par le contenu de cet article.

 Je suis également présent sur FacebookInstagram ou Twitter. Faites un like, suivez, regardez, abonnez-vous, cela me sera d’une grande aide pour moi. Si vous souhaitez me connaître plus c’est par ici : Qui suis-je. Merci.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.