Au Pied de Cochon via APETY

J’ai été contacté par APETY pour tester leur application mobile qui est une plateforme de réservation ayant pour but de réduire au maximum les temps d’attentes lors d’un repas. En ce début du mois de décembre, l’offre est limitée à Genève et Lausanne sera pour bientôt. Avec une amie, nous avons testé l’application Au Pied de Cochon. Je vais parler en premier de l’application et ensuite du déroulement du repas.

L’application APETYvalue your time.

APETY a été créée par un groupe d’étudiants EPFL et HEC Lausanne dans un projet de cours d’entrepreneuriat. Cette application consiste à traiter en amont toutes les étapes possibles d’un repas classique afin de réduire au maximum les temps d’attentes. Nous effectuons la réservation parmi la liste des partenaires disponibles qui est limitée à Genève pour le moment, on indique le jour, l’heure, le nombre de personnes, jusque là, rien d’original. La différence consiste à commander ce que nous voulons manger lors de la réservation : entrées, plats, desserts et même les boissons. Les mets et prix sont visibles sur l’application. Le restaurateur mis au courant de votre réservation va se préparer au mieux pour vous servir de suite à votre arrivée. Et pour l’addition ? Plus d’attente, une carte de crédit est enregistrée sur votre compte APETY et sera débitée après votre repas qui est validé par vous et le restaurateur, des modifications peuvent être effectuées avant la validation finale si vous avez commandé quelques choses en plus par exemple. À la vue théorique de cet application, il est clair que la clientèle visée est spécialement ceux qui mangent à midi près de leur travail et qui sont pressés.

Tout ceci, c’est la théorie mais en pratique, comment cela s’est passé ?

L’application utilise la géolocalisation, très pratique quand souhaite manger près de notre position mais plutôt agaçant quand on souhaite réserver dans un restaurant situé dans une autre ville. Bon, ce n’est pas vraiment le but de cet outil mais cela peut arriver. Par exemple, organiser un repas avec des amis ou des clients d’une autre ville. Se déplacer sur la map une fois n’est pas insurmontable mais si pour une raison ou autres, on retourne sur la map, on se retrouve à notre point de départ et rebelote. Vive la géolocalisation !

Lors de ma réservation, j’ai voulu valider des bons de réductions offertes mais malheureusement, les bons ont étés validés dès l’insertion et non à la validation de la réservation. Quelle différence ? C’est que si vous insérez votre bon mais que vous ne finalisez pas votre réservation car vous avez voulu changer de restaurant par exemple, ben, il ne sera plus possible d’utiliser votre bon car il est considéré comme déjà utilisé.

APETY est conçu principalement pour une utilisation sur mobile mais je l’ai aussi utilisé sur tablette ce que j’ai trouvé plus agréable, surtout pour la taille de l’écran et l’ergonomie de l’interface qui diffère du mobile. Cependant, il y avait un petit bug, certaines sous-catégories ne sont accessibles que si on diminue le menu principal de gauche, ce qui va libérer de l’espace à droite de votre écran et rendre accessible certain menu qui ne l’étaient pas avant.

Au restaurant tout s’est plutôt bien passé, nous étions leurs premiers clients “APETY”. Les boissons et les entrées sont arrivées très vite, dès que nous étions tous là. Je suis arrivé quinze minutes avant la réservation et mon amie à l’heure, heureusement que nous avions deux entrées froides. La suite a bien suivie, plats et desserts se sont enchaînés sans attente. Lors du repas, j’ai commandé une boisson supplémentaire mais je n’ai pas pu modifier moi-même le contenu du repas car je n’arrivais pas à accéder aux boissons dans l’application. Le serveur n’a pas pu aussi ajouter la boisson en plus mais j’ai appris après coup que c’était possible et que la personne formée à l’application n’était pas présente ce jour-là. Mon amie avait finalement payé la boisson supplémentaire avec sa carte.

Lors de la validation, nous avons le choix de laisser un pourboire au restaurant, un montant qui s’ajouteras à la facture finale. D’ailleurs, nous pouvons aussi laisser un montant pour APETY, une sorte de pourboire si vous avez apprécié l’expérience APETY. Je m’étais demandé avec mon amie si c’était la source de revenu pour APETY ou un complément car le serveur n’a pas su nous dire si cette application est payante pour les restaurateurs.

Pour conclure, j’ai apprécié cette expérience amusante et ludique. Nous n’avons finalement pas vraiment eu un gain de temps énorme car j’étais là pour manger avec mon amie et profiter de sa présence pour papoter mais si on utilise APETY dans son vrai but, le gain de temps pourrait être non négligeable. Il y a aussi un côté dommage car on délaisse un peu le contact humain entre nous et le restaurant, le service pourrait aussi être gêné dans son travail car il n’a plus ce contact avec les clients mais il gagne également pas mal de temps car il sait déjà ce que veut le client.

Et maintenant, parlons du restaurant et du repas.

Le restaurant Au Pied de Cochon (Place du Bourg-de-Four 4, 1204 Genève, +41 22 310 47 97) propose une cuisine française, brasserie. Il est situé dans les rues hautes, dans la vieille ville, entre confédération et plain palais. Il est ouvert tous les jours de 8h à 0h et cuisine non stop entre 12h et 22h. L’établissement n’est pas très grand mais possède quand même une cinquantaine de couverts à l’intérieur. le cadre est de type bistrot, du bois, des banquettes, petites tables, chemin de table en tissu, c’est assez serré, peu de place, les tables sont petites, bref, un bistrot traditionnel. L’ambiance de ce jeudi midi était conviviale, beaucoup de monde, une clientèle plutôt 35-40 ans et plus.

Une carte des mets classique. 1 plat du jour en semaine à 19.50 frs. Un choix court de plats traditionnels : choucroute, moules, filets de perches, salade, soupe, burger, tartare, pied de cochon, rumpsteak. Également un choix de suggestion de saison avec du gibier. Les prix sont plutôt élevés si je compare avec Lausanne mais pas plus cher que la Brasserie du LP, par exemple. De plus, c’est Genève et malheureusement, plus cher de base.

Extrait de la carte :

Croustillant de magret de canard fumé (chf. 14.00)
Terrine de foie gras maison (chf. 18.00)
Pied de cochon désossé (chf. 32.50)
Eclair aux marrons (chf. 13.00)
~
Pinot gris, Les Faunes, F. Mistral 10 cl. (chf. 5.50)
Henniez verte 50 cl. (chf. 5.80)

En entrée, j’ai pris un croustillant de magret de canard fumé aux poires et noisettes, vinaigrette aux airelles. Une entrée sympathique, légère avec un mélange de goûts et de textures plutôt harmonieuses et gourmandes.

Le Pied de Cochon
Croustillant de magret de canard fumé aux poires et noisettes, vinaigrette aux airelles.

En plat, nous avions tous les deux choisi le pied de cochon entièrement désossé farci aux champignons, légumes de saison et pommes mousseline. Le pied était bien désossé, c’était gélatineux, souple, légèrement ferme. La purée était bonne, onctueuse et lisse. Le petit point négatif pour moi était la farce que j’ai trouvée assez fade malgré la sauce et un supplément modéré de sel et poivre. Mine de rien, c’était un plat assez copieux.

Le Pied de Cochon
Pied de cochon entièrement désossé farci aux champignons, légumes de saison et pommes mousseline

Après un plat que je n’ai pas pu finir, j’ai quand même pu apprécier en dessert, un éclair aux marrons confits, glace marron et chantilly qui s’est avéré bon. léger, pas trop sucré.

Le Pied de Cochon
Eclair aux marrons confits, glace marron et chantilly

Navré pour ce résumé un peu léger du repas. J’étais plus occupé à profité du moment avec mon amie que concentré sur ce que j’avais dans mon assiette !

Je suis également présent sur FacebookInstagram ou Twitter. Faites un like, suivez, regardez, abonnez-vous, cela me sera d’une grande aide pour moi. Si vous souhaitez me connaître plus c’est par ici : Qui suis-je. Merci.