Le Taiyo à Lausanne (japonais)

Voila quatre ans si ce n’est plus que je n’étais plus revenu au Taiyo. C’est un restaurant japonais à Lausanne assez connu pour ses offres de sushis à gogo depuis de nombreuses années, peut-être l’un des premiers de Lausanne. J’y retourne en compagnie d’une amie lors un dimanche soir pluvieux au début du mois de juillet.

Le restaurant Taiyo (rue du Midi 4, 1003 Lausanne, +41 21 312 43 12) propose une cuisine japonaise traditionnelle avec quelques propositions “fusion”. Il est ouvert tous les jours de 11h à 14h30 et de 18h à 22h30, il est fermé le dimanche midi. Il est situé au centre ville entre la place Saint-Français et la gare, c’est donc très facile de s’y rendre sans voiture. Le cadre est resté le même avec une petite salle d’une vingtaine de couverts dans un aménagement très serré. Une ambiance calme en début de soirée mais la salle s’est peu à peu remplie au fur à mesure.

La carte des mets est plutôt classique avec des plats japonais traditionnels, un choix de sushis standard complété par quelques créations “fusions”. Ne vous fiez pas à leur site web qui n’est pas du tout à jour. Le staff est composé de deux femmes en salle, d’un sushiman et j’imagine probablement une personne de plus en cuisine mais ce n’est pas certain. Le service était sympathique, souriant et attentionné, parlant au moins le français et le mandarin. La cuisine était aussi rapide, sans trop d’attente, à 19 heures, nous étions les premiers clients de la soirée, ce qui favorise les choses, c’était bien plus rempli vers 21 heures.

Extrait de la carte :

Tofu tempura (CHF 11.00)
Tartare de noix de Saint-Jacques (CHF 19.00)
Tataki de thon (CHF 23.00)
Gunkan “ikura”, 2pces. (CHF 10.00)
Gunkan “hana”, 2pces. (CHF 13.00)
Uramaki spicy saumon, 8 pces. (CHF 18.00)
Uramaki black jack, 8 pces. (CHF 18.00)
~
Café gourmand (CHF 9.00)
~
Valser 50 cl. (CHF 5.10)
Thé vert froid 50 cl. (CHF 5.10)
Verre de vin 10 cl. (CHF 5.00)

Pour commencer le repas, un petit amuse bouche composé d’un morceau de saumon grillé avec une sauce gingembre. Simple, bon, offert, un petit plus qui fait toujours plaisir.

Le tofu tempura était plutôt bon même si techniquement ce n’était pas du tempura. C’est un met classique et très répandu, souvent pareil avec des petites variations selon les chefs, c’est du tofu frit servi avec une sauce à base de soja, du gingembre et du radis râpés et parsemé de copeaux de bonite. Rien à redire sur ce plat mise à part la sauce que j’ai trouvée un peu trop sucrée à mon goût, d’ailleurs c’est bien la première fois que je mange un tofu frit servi avec une sauce plus sucrée que salée.

Le Taiyo à Lausanne
Tofu frit
Le Taiyo à Lausanne
Tartare de noix de Saint-Jacques

En général, je choisis très rarement le thon car celui labellisé “friend of the sea” vendu partout est malheureusement sans grand intérêts mais ce soir puisqu’il n’y avais plus de thon gras, ni de sériole et que j’avais déjà pas mal de saumon, pourquoi ne pas essayer le ce tataki de thon en espérant une bonne surprise mais comme je l’attendais, ce n’était ni mauvais, ni exceptionnel, ça se laisse manger, dommage.

Le Taiyo à Lausanne
Tataki de thon

Le uramaki spicy saumon (saumon, oeufs de saumon, avocat) était joli, coloré, pas trop gros mais assez copieux au final. Le côté spicy était apporté par de la sauce “sriracha”, c’était soft au début mais ça pique quand même un peu après, enfin, ça reste assez léger pour les habitués des plats piquants. Je me suis aussi laisser tenté par des gunkans hana (saumon et oeufs de saumon) car sur le papier ça me paraissait très gourmand mais j’avais oublié à quel point les oeufs de saumon pouvaient être salés quand ils sont utilisés “nature” sans être préparés, de plus ils étaient généreusement servis.

Le Taiyo à Lausanne
Uramaki spicy saumon
Le Taiyo à Lausanne
Uramaki black jack

En dessert, il n’y avait pas grand choix, que du classique que l’on trouve dans la grande majorité des restaurant japonais : mochis, glaces, litchis, fruits frais ou des beignets mais il y avait ce café gourmand qui semblait sortir du lot.

Il y avait donc deux “mochis”, un à la mangue, l’autre myrtille, une sorte de gâteau u thé vert et un nougat. Les mochis étaient hyper sucrés, la texture ressemblait à une pâte de fruit mou, souple et élastique. Je n’ai pas trop aimé le gâteau au thé vert, que je n’ai pas senti, cela m’a plus semblé être farci aux haricots rouges, la texture était sec et dense mais au moins c’était peu sucré. Le nougat était également peu sucré mais il ne m’avait pas emballé non plus.

Le Taiyo à Lausanne
Café gourmand

Ecrit par Foodaholic, retrouvez-moi également sur Facebook et Instagram.