Le Sansui à Genève (Japonais)

Cinq ans où je n’étais plus revenu au Sansui qui était un restaurant japonais à Genève de bonne qualité à prix abordable et qui depuis (octobre ?) a changé de propriétaire, d’équipe et de carte. C’était donc une bonne occasion pour y retourner avec la compagnie de Lukas de Guérilla Gourmande et de son amie, les connaissant, le repas s’annonce grandiose. D’ailleurs vous pouvez lire son évaluation ici, c’est parfois intéressant d’avoir plusieurs avis pour un même repas.

Le restaurant japonais Sansui (rue de la Faucille 12, 1201 Genève, +41 22 733 80 25) propose une cuisine “izakaya”, “sushi”. Il est situé proche du centre, juste derrière la gare de Cornavin à moins de 5 minutes à pied. Il est ouvert du mardi au samedi de 12h00 à 14h00 et de 19h00 à 23h00, fermé le dimanche et lundi. L’établissement est assez grand, trois salles et une terrasse mais pour l’instant, il n’y avait qu’une salle disponible, celle où il y avait le sushi-bar, elle possède je crois 32 couverts, l’aménagement est assez serré mais c’était peu bruyant malgré le monde présent. Le cadre est sympathique avec des tons clairs, du bois blanc, un comptoir invitant à trinquer avec toutes ces bouteilles alignées. L’ambiance était ce samedi soir sympathique, fréquenté sans être plein, ni trop bruyant, c’était agréable.

La carte des mets est très intéressante avec tout plein de propositions à neuf francs, c’est le style tapas, on commande plein de petits plats et on partage tout, ce qui permet un repas très varié. L’équipe était assez nombreuse pour le nombre de couverts actuels, je crois qu’il y avait quatre personnes en salle et trois en cuisine, peut-être même quatre, le service était sympathique, souriant, rapide, la cuisine est réactive avec peu d’attente grâce au bon ratio clients/staff.

Notre dîner :

Sashimi de thon gras, 12pces (CHF 39.00)
Sashimi assortiment supérieur, 21pces (CHF 48.00)
Nigiris maquereau mariné, 2pces (CHF 12.00) 2x
Nigiris anguille, 2pces (CHF 12.00
~
Brochettes de poulet, 3pces (CHF 9.00)
Brochettes de poulet haché, 2pces (CHF 9.00)
Brochettes de saumon, 2pces (CHF 9.00)
~
Tempura de calmars, 5pces (CHF 9.00)
Tempura de légumes (CHF 14.00)
Tempura de quenelles de poisson, 4pces (CHF 9.00)
~
Mijoté de radis et de carotte (CHF 9.00)
Mijoté de porc (CHF 18.00)
~
Brochettes panées de porc, 2pces (CHF 9.00)
Brochettes panées de crabe, 2pces (CHF 9.00)
Brochettes panées d’oignon, 2pces (CHF 9.00)
~
Tofu frit (CHF 9.00)
Haricots de soja (offert)
Mijoté de radis et carotte (offert)
~
Sashimi de sériole, 5pces (CHF 12.00)
Nigiris de thon gras braisé, 2pces (CHF 12.00)
Nigiris maquereau mariné, 2pces (CHF 12.00) 2x
California rolls saumon et fromage braisé, 4pces (CHF 7.00)
~
Mochi noix de coco et chocolat, pce (offert)
Mochi passion, pce (offert)
Mochi vanille, pce (offert)
~
Thé au riz grillé, théière (CHF 5.00)
Bière pression 50cl (CHF 9.00) 4x
Bière pression 25cl (CHF 5.00)
Sake Daiginjo 1dl (CHF 14.00)

384.00 francs pour trois personnes

Pour débuter notre repas, quelques sushis : un sashimi de thon gras, un choix inévitable pour nous pauvres Lausannois car c’est un produit rare par chez nous, de plus nous adorons ça. Il était très bon, fondant, bien marbré, il y avait même un petit tartare en bonus, nous avons aussi choisi un assortiment de sashimi supérieur composé de thon gras, saumon, thon, sériole, noix de Saint-Jacques, poulpe et maquereau mariné, nous avons également pris quelques sushis : du maquereau mariné qui était délicieux avec sa chair grasse, fondante et son goût légèrement salé et acidulé, l’anguille grillée était bonne aussi avec son côté gélatineux et doux. Ahhh le thon gras, le maquereau mariné et l’anguille grillée, mes amours éternels, à chaque fois que je les regarde, c’est toujours le coup de foudre.

Sashimi de thon gras
Assortiment supérieur de sashimi
Nigiris d’anguille et de maquereau mariné

Par la suite, nous avons commandé quelques grillades. Il y avait des brochettes de poulet qui étaient petites mais servies par trois, cuites avec la peau, à point mais pas “fortement” grillées, celle que j’avais mangée était trop cuite à mon goût mais mes amis avaient aimé les leurs. Nous avons aussi testé les brochettes de poulet haché qui étaient bonnes, la texture était légèrement granuleuse, mes amis ont bien aimé, moi un peu moins. Nous avons aussi pris les brochettes de saumon qui étaient correctes, bonnes mais sans grand intérêt à moins d’être un aficionado du saumon ce n’était pas mon cas, je n’aime pas le poisson cuit et il était cuit à point, je l’ai d’ailleurs trouvé un peu sec à mon goût mais bon, je suis un obsédé du cru.

Brochettes de poulet

En friture, nous avons commencé par un tempura de calmar qui était une suggestion du soir, c’était simple, bon et léger, le calmar était tendre et l’extérieur était croustillant. La friture de légumes (kakiage)  était bonne, dans un style pomme Darphin ou pomme paillasson mais en plus grosse, c’était très croustillant avec une coloration un peu plus accentuée donnant plus de goût à la friture ainsi qu’une légère amertume pas désagréable. On s’était aussi laissé tenter par le tempura de quenelle de poisson que nous avons beaucoup adoré, c’était souple, élastique avec un goût assez semblable à du surimi.

2016_06_11_05
Tempura de calmars
Tempura de légumes
Tempura de quenelles de poisson

Nous avons tenté une autre suggestion du jour qui était un mijoté de porc qui consistait en trois morceaux de lard dans une sauce douce, le goût était bon, la viande tendre et le gras fondant, j’ai eu un peu de peine, “trop à mâcher” en bouche malgré le gras mais mes compagnons de tablée ont aimé. C’était une bonne surprise mais le prix était un tantinet élevé, 18 francs quand même.

Porc mijoté

On arrive presque à la fin du repas avec quelques brochettes panées. Je saute évidemment sur le crabe qui était un crabe mou, j’adooooore ce produit qui était bien croustillant avec le bon goût du crustacé. Ceux au porc à base de viande maigre avec des oignons étaient correctes, c’était bien fait mais un peu trop commun, tandis que ceux aux oignons, c’était des sacrés steaks et il faut vraiment aimer les oignons.

Crabe, porc et oignon panés

Nous avons failli oublier de prendre le tofu frit qui était simple et bon avec une garniture minimum avec juste du radis et du gingembre râpés, sans algue séchée, ni ciboulette ou des copeaux de bonite, un choix délibéré du chef qui a tout misé sur son bouillon. J’ai trouvé particulièrement intéressant leur tofu, il était différent de la grande majorité utilisée dans les autres restaurants, celui qui est bien blanc et lisse, là il était légèrement granuleux, il avait une couleur légèrement beige et je l’avais trouvé légèrement plus amère, ce qui lui donnait aussi plus de goût.

Tofu frit

Allez pour finir, on profite pour reprendre quelques sushis. Un sashimi de sériole, des nigiris de thon gras braisé (grillé au chalumeau) ainsi que des nigiris de maquereau mariné mais malheureusement je suis tombé sur un qui était un peu rance, les uramakis saumon fromage saisi étaient une bonne découverte, ils étaient bons, très fondants, moelleux en bouche, petit bémol pour le goût du saumon qui était un peu trop discret, bonne chose supplémentaire, ils sont servis par quatre.

Nigiris de thon gras saisi, uramaki saumon, fromage et avocat, Nigiri maquereau mariné
Sashimi de sériole

Enregistrer

En dessert, le choix n’est malheureusement pas très vaste, ni original ce qui est souvent le cas dans les restaurants asiatiques, ce qui n’était pas plus mal après ce repas copieux, on s’était quand même laisser tenter par des mochi, ces glaces enrobées d’une fine couche de pâte de riz gluant.

Étant à la veille de deux jours de fermeture, nous avons pu profiter de petits plats offerts comme les edamame ou le mijoté de carotte et radis, un geste sympathique qui évite le gaspillage ou par soucis de qualité en ne voulant pas le servir après avoir passé deux jours au frigo.

Très bon repas, pour ne pas dire excellent, nous avons passé une soirée plus qu’agréable. Par rapport à l’ancienne gérance, j’aime beaucoup l’ajout de tous ces petits plats à 9 francs mais malheureusement je regrette la disparition des Kaki furaaaaaaaaai (huîtres panées) si chère à mon coeur … et à mon palais … et à mon estomac. Merci aux chefs Kiyo et Kenji ainsi que le staff pour cette soirée.

Par ailleurs, avez-vous remarqué la nouvelle tendance des restaurants japonais “izakaya” comme le Sansui, le Kakinuma, le Kotobuki, le Yamori et probablement d’autres. Un effet peut-être dû à la forte concurrence et à un effet de mode passé, ils ont besoin d’innover pour garder et attirer une clientèle.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

EnregistrerJe suis également présent sur FacebookInstagram ou Twitter. Faites un like, suivez, regardez, abonnez-vous, cela me sera d’une grande aide pour moi. Si vous souhaitez me connaître plus c’est par ici : Qui suis-je. Merci.

Une réflexion sur “Le Sansui à Genève (Japonais)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.