Le Moulin d’Assens (Rôtisserie)

Au programme de ce soir, un menu d’exception au Moulin d’Assens, unique, il n’est proposé qu’une seule fois par an, le temps d’un soir, un menu “Gibier à plûmes” pour marquer la fin de la saison, places limitées, prix assez élevé, il faut le savoir, on ne tombe pas dessus par hasard.

Le Moulin d’Assens (route du Moulin 15, 1042 Assens, +41 21 882 29 51) est propose une cuisine française ainsi que de la rôtisserie, ils sont ouverts du mercredi midi au dimanche midi ainsi que le mardi soir du 1er septembre au 31 mars de 11h30 à 14h30 et de 19h à 23h30. L’établissement propose également deux chambres dans une belle maison en bordure de forêt ainsi qu’une rivière, elle est isolée ce qui permet d’avoir un environnement calme mais peu facile d’accès si nous ne sommes pas motorisés, pour ceux qui le sont, il y a un parking privé. La salle du restaurant est personnellement charmante, un cadre rustique et intime, comme une salle à manger familiale remplie de souvenirs et de décoration à thème culinaire sans oublier la cheminée ouverte sur la salle dans laquelle le chef grille ses viandes, l’ambiance de ce soir était fort animé avec il me semble 26 convives chanceux, il y a des petites tables de deux personnes et ça va jusqu’à huit.

La carte des mets , il n’y en a pas ce soir, uniquement le menu “Gibier à plûmes” de six services à 215 francs par personnes. En salle, Daniela la patronne avec son second, un service souriant et attentionné, débordé mais normal, en cuisine, ils sont trois avec Alain le chef et patron qui est en salle à la cheminée à faire rôtir ses viandes.

Notre diner :

Menu “Gibier à Plûmes” (CHF 215.00) 4x

Apéritif
~
La variation autour du Colvert de France
~
L’élixir de Faisan-coq au vieux Porto
Sa quenelle et profiteroles garnis
~
La Palombe du sud-ouest, courge butternut
En aigre-doux, oignons grelot rôtis
~
Le gigotin de Perdreau gris d’Ecosse
Au beurre de truffes du pied du Jura
~
La Bécasse des bois du nord, agria écrasée
Au foie gras de canard poelé
~
Le suprême de Canard siffleur en aiguillettes
Aux trompettes de la mort et pied de mouton
Crème de sauternes
~
Les douceurs du moulin en farandole
~
Les mignardises

Jus de tomate 20cl (CHF 4.50) 2x
Verre de blanc 10cl (CHF 8.00) 2x
Tralcio d’Oro 201, merlot, 75cl (CHF 58.00)
Henniez verte/bleue 100cl (CHF 9.00) 3x
Henniez verte 75cl (CHF 7.50)
San Pellegrino 100cl (CHF 9.50)
Coca Cola 33cl (CHF 4.50)
Café (CHF 6.00) 2x

1003.50 francs pour quatre personnes

Nous commençons notre repas avec un petit apéritif composé de jus de tomates pour les uns et des crus au verre pour les autres, le tout accompagné par quelques feuilletés à l’anchois tièdes, des olives noires et vertes ainsi que des légumes légèrement vinaigrés tout en choisissant le vin du repas. La mise en bouche “La variation autour du Colvert de France” est composée de trois choses : un velouté crémeux, une brochette gourmande et une sorte de mini-burger moelleux au foie gras.

La variation autour du Colvert de France

Nous attaquons les choses sérieuses avec L’élixir de Faisan-coq au vieux Porto, sa quenelle et profiteroles garnis :  un consommé appétissant avec une jolie couleur ambre et parfumé, je sens bien le gout du Porto, même-moi qui n’apprécie guère l’alcool car j’y suis très sensible, je trouve l’équilibre très bon, fin, c’est corsé subtilement. Les quenelles sont moelleuses et délicieuses, leurs gouts est corsé surement dû à l’utilisation des abats de la bête. On remarque également la très jolie décoration disposée sur le bord de l’assiette qui représente un volatile.

L’élixir de Faisan-coq au vieux Porto, sa quenelle et profiteroles garnis

2014_12_10_03
Le plat suivant est La Palombe du sud-ouest accompagné par de la courge butternut en aigre-doux et des oignons grelot rôtis“, une viande assez forte en gout, souligné par le gout et l’odeur laissés par la cuisson rapide au bois de ceps, la chair est tendre et juteuse, la sauce est très bonne, la garniture douce équilibre bien l’ensemble,  c’est délicieux, nous finissons tous nos plats avec nos doigts.

La Palombe du sud-ouest, courge butternut en aigre-doux, oignons grelot rôtis

Le gibier suivant est le Le gigotin de Perdreau gris d’Ecosse, la viande a un gout plus fort que celui de la palombe, elle est également tendre et juteuse, servie avec une sauce Au beurre de truffes du pied du Jura, une odeur parfumée avec truffe présente.

Le gigotin de Perdreau gris d’Ecosse Au beurre de truffes du pied du Jura

Avec La Bécasse des bois du nord, nous revenons un peu en arrière en terme de gout, elle est moins corsée et malheureusement aussi un peu plus coriace sous la dent , elle est dressée sur un socle d’agria écrasée avec une escalope de foie gras de canard poêlé extrêmement bien servie, forte grosse, généreuse et colorée , croustillante à l’extérieure et baveuse à l’intérieur, j’avoue que sur la fin, je suis un peu écœuré par cette abondance.

La Bécasse des bois du nord, agria écrasée au foie gras de canard poelé

Le dernier plat est Le suprême de Canard siffleur en aiguillettes, il est présenté en tranches, la viande est juteuse, tendre avec un gout fort, bien plus que celui d’un canard classique, on remonte au niveau de la palombe ou du perdreau, il est accompagné de trompettes de la mort aussi connu sous le nom de cornes d’abondance et pied de mouton, j’ai beaucoup aimé les premiers, par contre j’ai trouvé les pieds de mouton très salés mais pas pour les autres convives mais heureusement qu il y a la crème de sauternes pour apporter une touche douce.

2014_12_10_07
Le suprême de Canard siffleur en aiguillettes aux trompettes de la mort et pied de mouton, crème de sauternes

Nous arrivons “enfin” aux desserts, il s’agit d’une assiette composée de quatre minis, il y a un Moelleux au chocolat croustillant, chaud et coulant, un entremet à la mandarine moelleux, un sorbet passion rafraichissant et un ananas poché au rhum de Jamaïque garni de litchis, fruits de la passion et kiwi. Même après un repas fort copieux pour mes amis, moi j’en aurais bien voulu un peu plus, les desserts se laissent manger facilement.

Les douceurs du moulin en farandole

La fin de notre repas s’accompagne par divers généreux plateaux de mignardises composé de mini opéra, des truffes, cannelés, divers fruits secs (amande, pistache, noisettes, noix) enrobés de sucre colorés.

les mignardises
Le canard Colvert, mâle et femelle
Le faisan-coq
La palombe, le perdreau et la bécasse

Très belle soirée avec un menu gourmand, un peu long mais compréhensible, prix élevés mais produits rares, pas facile de se le permettre fréquemment mais pour une repas de fin d’année, c’est parfait. Au fil des ans, je suis souvent allé manger chez eux, pas autant que je le voudrais mais avec ce menu, j’apprécie de plus en plus leur cuisine et le accueil, bien évidemment leur viandes mais surtout leurs sauces, elles sont du gout, du corps, de la consistance, on sent le travail derrière.

Pour ceux qui ont lus cet article, que je remercie, il est malheureusement trop tard pour le menu de cette année mais il ne l’est pas pour se renseigner pour celui de l’année prochaine.

Je suis également présent sur FacebookInstagram ou Twitter. Faites un like, suivez, regardez, abonnez-vous, cela me sera d’une grande aide pour moi. Si vous souhaitez me connaître plus c’est par ici : Qui suis-je. Merci.

Une réflexion sur “Le Moulin d’Assens (Rôtisserie)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.