L’Auberge du Pont de Collonges à Collonges au Mont d’Or (Gastronomique)

Nous voila à la célèbre table de Paul Bocuse, un grand nom de la cuisine en France. C’était un très bon repas, copieux et varié, une excellente soirée bien que j’ai été très déçu par le homard, à 70€ même si ça reste encore raisonnable pour du homard dans un trois étoiles Michelin mais avec quatre MOF en cuisine plus la brigade derrière, c’est un peu dure de laisser passer ces défauts, dans ces conditions, il faut que ça s’approche de la perfection. Mon plat favoris aura été le foie gras, qui l’était également il y a quatre ans mais j’ai également beaucoup aimé l’équipe en salle qui était superbe, pas le côté professionnel qui était irréprochable mais son côté humain.

Notre dîner :

Saumon fumé au raifort
Guacamole et crevette
Maquereau au vin blanc
~
Escalope de foie gras poêlée au verjus
~
Salade de homard du Maine à la française (70€)
Soupe aux truffes noires V.G.E (80€) 2x
~
Rouget barbet en écailles de pommes de terre croustillantes (57€)
Gratin de queues d’écrevisses Fernand Point (57€)
Filets de sole aux nouilles Fernand Point (57€)
~
Granité des vignerons du Beaujolais
~
Pigeon entier rôti à la broche (56€) 2x
Fricassée de volaille à la crème et aux morilles (55€)
~
Mousse au chocolat
~
Délices et gourmandises (27€) 2x

Apéritif maison (offert)
Cocktail de fruits (offert) 2x
Châteldon 75cl (offert) 3x
Gevrey Chambertin 2006 Vielles Vignes, Charlopin 75cl (160€)
Café, mignardises (6€) 2x

794 € pour trois personnes

Saumon fumé au raifort, guacamole et crevette, maquereau au vin blanc : C’était un très bon de mises en bouche servis dans des petits ramequins.

Dressé comme un mille-feuilles, celui au saumon fumé avait le plus de goûts le plus corsé des trois amuses bouches avec la touche de raifort pour lui apporté de la fraîcheur, de corps et de rondeur. Celui au guacamole était légèrement acidulé, moulé en forme de dôme garni d’une petite crevette et d’un brin de coriandre. Celui au maquereau était bien acidulé, le poisson bien que entièrement cuit était tout à fait tendre, le vin blanc en gelée était tremblante, j’ai beaucoup aimé celui là en plus du saumon.

Escalope de foie gras poêlée au verjus : C’était une délicieuse entrée surprise de la part de l’équipe. C’était une escalope dressée sur une galette de polenta et décoré d’une pomme gaufrette, le tout servi avec une sauce au verjus avec des fruits.

L’escalope était cuite un poil baveuse dedans et légèrement dorée et croustillante en surface. La polenta à mouture fine, légèrement poêlé, était moulé de façon assez compact tout ayant une texture très moelleuse et tendre. La pomme gaufrette était légère et croustillante. La sauce au verjus avait une consistance sirupeuse, très douce, garnie de cubes de pommes confites ainsi que des raisins.

Salade de homard du Maine à la française : Il était moyen, décevant, le homard servi décortiqué, entier et joliment dressé sur et autour d’une salade et nappé abondamment de sauce cocktail, c’était beau, volumineux et coloré.

Le homard était malheureusement trop cuit, mise à part les pinces qui étaient tendres, le reste de la chair dont la queue étaient trop dure, j’avais de la peine à couper avec mon couteau. La sauce cocktail était bonne avec un petit plus qui était le raifort, lui apportant fraîcheur et piquant mais c’était beaucoup trop fort pour le goût délicat du homard. La salade était composée d’une macédoine de pommes de terre, carottes et haricots le tout lié avec une mayonnaise fraîche et piquante, ça avait un petit air de salade russe.

Rouget barbet en écailles de pommes de terre croustillantes : Il était très bon, il y avait deux filets d’une taille généreuse recouverts d’écailles et dressés dans une assiette entièrement recouverte de sauce.

Les écailles faites à base de fines tranches de pommes de terre détaillées en rond d’un centimètre étaient fines et croustillantes. La sauce d’une couleur jaune orange bien vif à base d’orange et de thym était épaisse, onctueuse aux goûts doux et légèrement acidulés.

Granité des vignerons du Beaujolais : c’était un granité arrosé et très parfumé mais je ne l’ai malheureusement pas goûté car étant très sensible au goût de l’alcool, son parfum, de plus je n’apprécie non plus son goût non cuit.

Pigeon entier rôti à la broche : Il était bon. Un pigeon présenté et découpé à table, accompagné d’un gratin et des légumes de saison.

Le pigeon était cuit rosé tirant légèrement sur le saignant, son goût était intense et prononcé, sa texture tendre et juteuse. La sauce était délicieuse, réduite et corsée. Le gratin servi à part dans un ramequin était bon, les tranches de pommes de terre fondantes mais il y avait trop de crème à mon goût.

Fricassée de volaille à la crème et aux morilles : J’ai goûté à un morceau de poulet avec sa sauce du plat de mon ami, j’ai trouvé la viande trop cuite, la sauce trop acide, trop de crème, ça m’a vraiment peu fait envie.

Mousse au chocolat : Elle était correcte, un pre dessert servi dans une petite tasse. Le goût du chocolat noir était bon, intense mais avec une texture ferme, dense, compacte, celle en dessous avec un appareil différent était plus moelleux mais peu légère également.

Délices et gourmandises : Un choix extrêmement varié, pour un montant unique vous avez un accès illimité à d’innombrable desserts présentés sur des chariots, il y avait par exemple, des babas au rhum, gâteau Saint-Honoré, des oeufs à la neige, crème brûlée, pruneaux au vin rouge, fruits frais, glaces et sorbets et j’en passe.

Mon choix s’est porté sur le Saint-Honoré et un sorbet aux fruits rouges. Le Saint-honoré était très bon, la pâte feuilletée était légère, la crème onctueuse et pas trop sucrée, les choux moelleux. Le sorbet était onctueux, frais et bien acidulé, ce qui était très agréable après un repas fort bien copieux.

La situation : L’auberge du Pont-de-Collonges (Quai de la Plage 40, 69660 Collonges au Mont d’Or, +33 04 72 42 90 90) est le restaurant gastronomique de Paul Bocuse. Il est ouvert tout les jours, midis et soirs (horaires d’accueil 12h à 13h30 et 20h à 21h30). Il est situé à une vingtaine de minutes du centre de Lyon, ils ont un grand parking privé à disposition et il y a même une ligne de bus qui passe devant mais ça ne doit pas être la solution la plus pratique.

Le cadre : L’établissement est immense avec ses quatre salons pour un total d’un peu moins de deux cents couverts. Le cadre est très bourgeois, richement décoré, une ambiance et luminosité chaleureuses aux couleurs rouge, jaune et or. L’aménagement n’est pas trop serré, les tables sont grandes avec un dressages complets et raffiné.

L’ambiance : C’était un dimanche pluvieux, très pluvieux mais il y avait quand même pas mal de clients.

La carte : Leur carte de mets et immuable, cuisine très traditionnel avec aucun changement depuis au moins quatre ans, il y a près d’une trentaine de choix. Petit changement notable, le prix du grand menu tradition qui a subit une hausse de 15% en quatre ans, date de mon dernier repas ici.

Le service : Il était assuré par beaucoup de personnes, trop nombreux pour les compter. En tout cas c’était un service convivial, on se sent vite à l’aise malgré un cadre chic et l’image qui va avec.

La rapidité : La cuisine a été rapide, timing précis, coordination salle-cuisine


Agrandir le planJe suis également présent sur FacebookInstagram ou Twitter. Faites un like, suivez, regardez, abonnez-vous, cela me sera d’une grande aide pour moi. Si vous souhaitez me connaître plus c’est par ici : Qui suis-je. Merci.

Laisser un commentaire