La Tour des Vents à Monbazillac, France (Gastronomique)

Un restaurant gastronomique possédant une vue exceptionnelle sur les vignobles du Monbazillac, la cuisine est un mélange de classique avec des touches modernes et exotiques, un résultat plaisant et léger. Nous avons opté pour un menu découverte et vin surprise à deviner, j’ai bien aimé leur attention lorsqu’ils sont venus enquérir des produits que l’on aimait ou pas par rapport aux produits disponibles, ainsi pas de mauvaises surprises au moment du repas.

Notre dîner :

Menu Dégustation (66€) 5x

Croustillant de saumon et velouté de poireaux
Vin de rhubarbe
~
Le foie gras de canard poêlé sur un sablé à la noix du Périgord
Minestrone de poire pochée au vin du curé, sorbet oignons
Bergerac sec, Cuvée Lisa 2011, Julien de Savignac
~
Saint Jacques des côtes bretonnes snackées, huître
Pomme de terre écrasée à la noisette du Pièmont, jus de barbes émulsionné
Château de Launay Cuvée Les Vignes d’Elisa, 2006
~
Bar de ligne vapeur, encornet, jus thaï et yuzu Terrine de légumes, aioli
Domaine du Château de Meursault, Les Peuillets 1er cru 2005
~
Ris de veau à l’ancienne
Duché d’Uzès IGP Chabrier 2010
~
Filet de cochon cuit en basse température, poitrine croustillante
Boudin et pommes confites, jus aigre doux
L’Avinturier, vin rouge doux
~
Fourme d’Ambert, pesto de roquette
Vieux monbazillac 1967
~
Cylindre craquant au chocolat et ses pépites de fruits rouges
Mousse guanaja. crèmeux nougat, glace au miel
~
Gourmandise à la prune mi-cuite, glace à l’armagnac
Dacquoise noisette, quenelle de crème fouettée à la vanille

Menu découverte + vins (30€) 4x
Chateldon 75cl (5.80€)
Café, thé, mignardise (4€) 3x

467.80 € pour cinq personnes

Croustillant de saumon et velouté de poireaux : C’était très bon, présenté dans une petite verrine, le saumon était sur une pique, mi-cuit, moelleux, enrobé dans une pâte phyllo fine et croustillante, le velouté était moyennement épais, on y sentait bien le goût du poireau, il y avait aussi une petite écume de fenouil si je en me trompe pas-

Le foie gras de canard poêlé sur un sablé à la noix du Périgord, minestrone de poire pochée au vin du curé, sorbet oignons : C’était bon, le foie gras était bien coloré, légèrement croustillant avec un milieu moelleux voir un peu baveux, la minestrone de poire était bien équilibrée entre le vin et le sucre, rien de dominant, le sablé était presque croquant mais je n’ai pas senti le goût de la noix, le sorbet était une idée sympathique et original, pour terminer l’ensemble, il y avait une chips de poire.

Saint-Jacques des côtes bretonnes snackée, huître, pomme de terre écrasée à la noisette du Pièmont, jus de barbes émulsionné : C’était bon, la Saint-Jacques était légèrement colorée d’un côté, de l’autre il y avait une petite chips croustillante, sa chair était nacrée, très tendre et moelleuse, l’huître tiède était bonne, le jus équilibré, la grande chips de panais était goûtue et croustillante, un ensemble de goût et texture plaisantes.

Bar de ligne vapeur, encornet, jus thaï et yuzu, terrine de légumes et aioli : C’était très bon, j’ai beaucoup aimé la cuisson presque mi-cuit du bar, il était tendre et juteux, il était servi avec sa peau ce qui m’a un peu interloqué car  il me semble qu’en cuisine classique, on ne sert pas la peau lors d’une cuisson vapeur ou pochée mais après tout, on est en 2012, mais le goût de la peau reste cependant forte, d’ailleurs plusieurs d’entre nous ne l’a pas mangée, le jus était bon, doux et légèrement acidulé mais je n’ai pas du tout senti le goût du yuzu mais plus celui de la citronnelle.

Ris de veau à l’ancienne : Il était bon, bien cuit, tendre et moelleux, dressé une tranche de pain toastée garnie de petits légumes, le toast était à moitié croustillante, le dessous était imprégnée par le jus qui était plutôt doux et acidulé, les légumes, principalement des carottes, coupés en petit morceaux étaient tendres.

Filet de cochon cuit en basse température, poitrine croustillante, boudin et pommes confites, jus aigre doux : C’était très bon, le filet cuit rosé était très tendre, moelleux voire fondant, servi un peu de sauce, le boudin et les pommes confites étaient présentées dans un cigare croustillant dressé sur je crois un palet de betteraves, la poitrine était correcte, bon mais elle n’avait rien de particulière mise à part un parfum assez puissant et peu commun, il y avait également une cuillère de purée de panais ou topinambour.

Fourme d’Ambert, pesto de roquette : C’était bon, une façon originale de servir le fromage, il était façonné en forme de bûche, posée sur une pâte de fruits et un sablé, c’était accompagné de deux gouttes de pesto de roquette et d’un très petit bouquet de mesclun.

Cylindre craquant au chocolat et ses pépites de fruits rouges, mousse guanaja, crèmeux nougat, glace au miel : C’était correct, bon mais trop lourd à mon goût, le cylindre avait une coque épaisse et croquante, l’intérieur était composé de la mousse et du crémeux, c’était assez dense, je n’ai pas pu finir ce cylindre qui pourtant n’était pas très grand, la glace au miel était bonne, onctueuse et pas trop sucrée.

Gourmandise à la prune mi-cuite, glace à l’armagnac, dacquoise noisette, quenelle de crème fouettée à la vanille : Ca avait l’air bon mais le goût de l’armagnac étant trop fort et ayant déjà eu ma dose de sucre avec le cylindre, j’ai donné ma part à une amie qui l’a beaucoup appréciée.

La situation : La Tour des Vents (Moulin de Malfourat – 24240 Monbazillac – France, +33 05 53 58 30 10) est un restaurant gastronomique ouvert du mardi soir au dimanche midi, également ouvert le mardi midi en juillet et août. Accessible uniquement en voiture où faut vraiment vouloir marcher, parking privé à disposition.

Le cadre : L’établissement possède une vue exceptionnelle sur la vallée de Bergerac et sa rivière La Dordogne, le château de Monbazillac et le vignoble de Pécharmant, pour profiter de toute cette vue, il y a deux terrasses, à l’intérieur, le restaurant se divise en salon, petite et grande salles, un espace modulable, le style est contemporain, sobre aux couleurs blanches, grises et beiges, la grande salle possède un haut plafond aux poutres apparentes sans oublier les grandes baies vitrées permettant également de profiter de la vue.

L’ambiance : Le restaurant m’a semblé presque complet, c’était bruyant malgré des tables espacées, une clientèle peu locale mais beaucoup d’anglais.

La carte : Il n’y a qu’un seul menu unique à 35€ tout compris avec deux entrées, plat, fromages et desserts, vins, minérales, cafés, thé et digestifs.

Le service : Il y avait trois serveuses, une sommelière et deux maîtres d’hôtels/rangs, l’ambiance était sympathique, souriante et très décontractée.

La rapidité : Le rythme a été bon, l’enchaînement des plats était fluide, le seul bémol le timing des vins apportés avant le plat pour nous laisser le temps de deviner mais comme il y avait moins d’un décilitre, le verre était souvent bien entamé avant l’arrivée du plat.

Agrandir le plan