Le Kaï à Paris (Japonais)

Un repas bon et sympathique avec des hauts et des bas mais bien dans l’ensemble de plus léger.

Mon dîner :

Menu 120 (120€)

Entrée de saison

Chawanmushi façon Kaï

Sashimi

Risotto de homard à l’ail

Dengaku

Usuzukuri

Grillade sur charbon

Sunomono

Tempura

Dessert “Pierre Hermé”
~
Usuzukuri (16€)
~
Thé vert glacé, carafe (8€) 2x

156 € pour une personne

Entrée de saison : Elles étaient bonnes. Une composition variée avec une présentation originale dans un tronçon de bambou coupé dans sa longueur.

Il y avait une tempura de crabe enroulé dans du nori, très bon, légèrement tiède, on sentait bien le goût du crustacé.

Il y avait deux tranches de magret de canard cuit rosé, bon, tendre et juteux, servi avec de la moutarde en grain.

Il y avait du maquereau et du gingembre mariné enroulés dans une feuille d’omelette, excellent, le maquereau était complètement cuit par l’acidité tout en restant lisse et fondant avec un goût très équilibré, le gingembre apportait un petit côté croquant, l’omelette légèrement sucrée marqua encore plus l’accent doux de l’ensemble.

Il y avait un oshizushi de sériole marinée au soja que j’ai trouvé moyen, un riz trop pâteux comme si il venait d’être préparé et la sériole n’avait pas beaucoup de goûts.

Il y avait aussi une sorte d’oshizushi de crevette ou l’oeuf remplaçait le riz, bon et surprenant car l’oeuf était sous forme poudreuse, granulée, sucré, délicat à manipuler.

Il y avait aussi une petite salade croquante d’épinards, légèrement amère, saupoudré de graines de sésames.

Pour finir il y avait un petit okra coupé en deux et trois bouts de haricots verts croquants.

Chawanmushi façon Kaï : Il était satisfaisant, sympathique. Servi très chaud, le flan aux oeufs était mélangé avec des petits pois, des morceaux de crevettes et de shiitakes avec au dessus une petite escalope de foie gras, cuite rosée, colorée, légèrement croustillante mais un peu nerveuse.

Sashimi : Il était bon. Trois tranches de sériole coupées ras la peau avec une jolie couleur rosée, beige et blanche, légèrement translucide, un goût prononcé avec un gras agréable. Il y avait aussi trois morceaux de thon de couleur rouge, pas très foncé, légèrement claire, lisse, moelleux, tendre, un goût subtil et fin. Garnie de daikon en julienne, d’une feuille de shiso, deux demis rondelles de radis, wasabi et sauce soja.

Risotto de homard à l’ail : Il était satisfaisant, bon. Malgré un goût trop gras au début, on voyait d’ailleurs une fine couche de graisse à la surface. C’était servi très chaud, un risotto cuit moelleux, très liquide avec du dashi et fortement parfumé à l’ail, c’était garni de morceaux de homard, de lamelles de shiitakes, des fèves et parsemé de ciboulette finement hachée.

Dengaku : C’était sympathique. Malheureusement vite écoeurant avec une rondelle d’aubergine fondante d’un centimètre d’épaisseur coupée dans sa largeur et nappée d’une sauce miso très sucrée et épaisse, légèrement caramélisé au chalumeau, c’était bon mais lourd, trop. Il y avait également une petite rondelle de courgette cuite, marinée, fondante, garnie d’une julienne de concombre. La version “à la carte” me semble bien plus équilibrée, une tranche beaucoup plus épaisse pour la même couche de sauce.

Usuzukuri : C’était très bon. Une daurade coupée proche de sa peau, détaillé en fines tranches dressées en éventail, il était d’un joli blanc rose pâle translucide, c’était goûtu, légèrement gras, tendre, agréable en bouche, servi avec un quartier de citron vert, de daikon râpé mélangé à une sauce pimentée et accompagnée d’une sauce à base de ponzu et ciboulette hachée finement. Malheureusement, dans mon empressement, je me suis jeter sur ce plat et j’ai oublié de prendre une photo, j’ai donc recommandé la même assiette mais dommage, c’était moins joliment coupé et la daurade avait une texture un peu plus pâteuse.

Grillade sur charbon : C’était très bon. Sauf erreur c’était du filet de boeuf grillé et coupé en tranches, elles étaient tendres, juteuses, l’extérieur avait une texture légèrement rugueuse, soulignant sa texture fondante au milieu. Servi avec une sauce ponzu mélangé avec une huile piquante et agrémenté d’une duxelle de champignons. garni de quelques légumes, une tomate cerise mondée, un pois mangetout coupé en deux et d’un petit morceau de brocoli.

Sunomono : C’était correct, présenté simplement, c’était un peu vide, cela m’a un peu surpris, un plat “différent” du reste du menu. Il y avait une roulade de crabe dans du daikon mariné, c’était croquant, frais. Il y avait une tranche de sériole, deux rondelles de concombre, des algues wakame et des cubes de gelée aigre douce d’une couleur légèrement ambrée.

Tempura : C’était satisfaisant. L’enrobage était léger, il y avait une crevette, une tranche de patate douce, un oignon nouveau fendu et un mini maïs, une pâte croustillante d’une couleur jaune pâle mais il y avait un petit goût d’huile qui me gênait un peu. Accompagné d’un quartier de citron vert, de sel fin et d’une sauce classique dashi plus soja.

Dessert “Pierre Hermé” : Il était correct, copieux. Le serveur m’a fait peur quand il est venu vers moi avec son ardoise remplie de desserts mais il fallait juste en choisir un, ouf. J’ai choisi un macaron géant aux framboise avec dedans une masse glacée de crème et morceaux de litchis, c’était assez dense. Le macaron en lui même était consistant, légèrement croustillant en surface, dense dedans, ça m’a un peu rappelé la texture du massepain.

La situation : Le Kaï (rue du Louvre 18, 75000 Paris, +33 1 40 15 01 99) est un restaurant japonais ouvert du lundi au samedi (12h30 à 14h15 et 19h30 à 22h30), fermé le dimanche, il est situé dans le 1er arrondissement pas très loin du coin nord-est du bâtiment entourant le musée du Louvre, d’ailleurs la station de métro la plus proche est “Louvre Rivoli” de la ligne 1.

Le cadre : Le restaurant est tout petit avec 28 couverts. En entrant, il y a une grande table avec des bancs en bois de couleur claire pouvant accueillir douze personnes, à droite tout au long du mur s’aligne des petites tables serrées de deux avec deux tables de deux supplémentaire au fond avec également le comptoir et derrière celui-ci, se trouve le passe laissant entrevoir un peu la cuisine et ses cuisiniers. La décoration est simple, minimaliste, lumière tamisée, des murs blancs, des tables en bois clair, des chaises en noir, un plafond de couleur noir également mais légèrement masqué par une échelle horizontale de long bout de bois brun foncé. Il me semble avoir entendu parler de petits salons au sous-sol mais je n’en suis pas certain.

L’ambiance : J’étais parmi les premiers clients puis ça s’est rempli petit à petit, c’était complet avec une clientèle autant asiatique que européenne, c’était bruyant et animé.

La carte : Ils ont deux cartes des mets. A midi, il y a six mets à la carte de 19 à 38€ et cinq menus de 25 à 42€. Le soir il y a vingt plats plus sept desserts de 16 à 38€ hors desserts ainsi que trois menus de 69 à 120€.

Le service : Il y avait deux personnes, c’était sympathique et efficace, une personne s’occupait principalement de la salle, sympathique, souriante, expliquant bien les plats, la seconde avec un air un peu plus sérieux, s’occupait plus de la coordination entre la salle, les clients et la cuisine.

La rapidité : Il y avait trois cuisiniers et un aide, la cuisine avait un bon rythme, les plats se suivaient bien avec juste un moment d’attente lors des tempuras.


Agrandir le planJe suis également présent sur FacebookInstagram ou Twitter. Faites un like, suivez, regardez, abonnez-vous, cela me sera d’une grande aide pour moi. Si vous souhaitez me connaître plus c’est par ici : Qui suis-je. Merci.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.