Le Jin à Paris (Japonais)

Jin est un tout petit restaurant japonais du 1er avec un macaron au Guide Michelin, dirigé par chef Takuya Watanabe originaire de Sapporo.

Jin (rue de la Sourdière 6, 75001 Paris, +33 1 42 61 60 71) est un restaurant japonais gastronomique situé dans le 1er, à la limite du 2e arrondissement, il est ouvert les lundis et mardis soirs et du mercredi au samedi de 12h30 à 14h00 et de 19h00 à 21h30, fermé les dimanches, lundis et mardi midis (restaurant.michelin.fr). L’établissement était minuscule avec un comptoir “sushi-bar” de douze couverts ainsi qu’un petit salon au sous-sol, le cadre était très simple, sobre, sombre, élégant tout en pierre et bois avec une grande baie vitrée avec vue sur la petite ruelle, l’aménagement était hyper serré, je le dis souvent dans mes comptes rendus mais là c’était vraiment du coude à coude avec son voisin, même pour sortir de sa place, il fallait se démener mais en revanche, nous avions une superbe vue sur les plans de travail des deux chefs affairés à leur bar en forme de L, l’ambiance était intime, sans musique, très calme en début de soirée, il y avait cinq clients et tout le monde parlait  presque à voix basse, de plus, il y avait très peu d’échange avec les cuisiniers bien qu’à plusieurs reprises j’ai tenté de commencer une conversation en posant des questions mais en vain, je veux bien tenir compte qu’ils sont japonais, qu’ils ne parlent pas français, sont timides mais l’équipe en salle parlait assez bien le français, le staff était composé de trois personnes en salle, de deux chefs au bar et d’un en cuisine, le service était sympathique, poli tandis que les échanges avec les chefs restaient très minimaliste alors qu’ils étaient en face de nous.

La carte de mets, il y en avait pas, mise à part celle des boissons, je me souviens juste d’avoir vu celle qui était en vitrine visible depuis la rue avec je crois trois variante d’un menu omakase, nous avons pris le plus grand. A relever la présence d’un sake à l’aileron de fugu grillé, je ne bois pas d’alcool donc je ne sais pas si c’est plus intéressant que ça.

Menu Omakase (EUR 135.00) 2x
Sept entrées
Treize sushis
Une soupe
Un dessert

Thé hojicha (EUR 6.50) 2x
Sake Hirekaze 9cl (EUR 15.00)

298 euros pour deux personnes.

Nous avons commencé notre menu par du Homard et asperge, plus précisément deux morceaux de homard tendres garnis d’un tronçon d’asperge verte avec une pointe de sauce à base de moutarde et une seconde sauce vinaigrette douce et acidulée, puis nous avons eu deux tranches de Sashimi de turbot servis avec du sel et du wasabi frais, puis deux pièces de Sashimi de thon gras fondants, goûtus et légèrement nerveux, après nous avons eu une Huître marinée au sel qui était moelleuse et légèrement ferme avec au dessus du chou, puis nous avons eu un morceau de Foie de lotte mijotée avec du wasabi râpé, le goût était bon mais il nous a laissé une sensation de “duvet” gras sur la langue, pour finir nous avons eu un Flan au ormeau et morille qui était très bon, l’ormeau avait un goût proche à celui du boulot mais avec une texture moins caoutchouteuse.
Homard et asperge

Sashimi de turbot

Sashimi de thon gras

Huître et chou

Foie de lotte

La suite de notre repas était une succession de sushis que le sous chef nous préparait les uns après les autres, nous avons eu du Turbot, une Crevette, de la Daurade, du Calmar, du Maquereau, de la Raie, une sorte de Coquillage, du Saumon, un que j’ai oublié, du Thon gras, de la Seiche, de l’Oursin et pour finir une Omelette douce, j’ai particulièrement aimé celui à la raie, c’était la première fois que j’ai pu en manger crue, elle était tellement fondante et goûtue, un mélange entre de la sériole et du thon gras, l’omelette était aussi spéciale, j’y avais senti un petit goût de crustacé, un produit qui apparait souvent dans les recettes personnelles des chefs au japon, ici, c’est très souvent oeufs et sucre avec des variations comme du soja, dashi, sake, mirin, etc.
Nigiri turbot

Nigiri crevetteNigiri daurade

Nigiri calmar

Nigiri maquereau

Nigiri raie

Nigiri coquillage

Nigiri saumon

Je ne sais plus

Nigiri thon gras

Nigiri seiche

Nigiri oursin

Omelette

A la fin de cette suite de sushis, la traditionnelle Soupe miso qui était bonne avec une garniture classique.
Soupe miso

En dessert, nous avons eu un Blanc manger aux fraises à base de mascarpone et d’une gelée de yuzu.
Blanc manger aux fraises

Conclusion : Le repas était bon, d’une présentation extrêmement simple mais en adéquation avec la sobriété que peut avoir parfois la cuisine japonaise mais je n’avais pas vraiment pu apprécier mon repas tant que l’ambiance était vide, pourtant avec cinq personnes à moins de trois mètres de nous pendant plus de deux heures, ce n’était pas les opportunités qui manquaient pour créer quelque chose.

De plus, un client japonais avait accaparé toute l’attention du chef de la soirée qui nous avait même pas ou brièvement salué lors de notre départ mais son épouse ? qui était également dans leur discussion nous avait couru après nous pour nous saluer très poliment à la façon japonaise.

Ce fut un peu une douche froide après une très belle soirée vécue au Bizan, prix et présentation mises à part, l’ambiance et le prix étaient bien meilleurs.

Je suis également présent sur FacebookInstagram ou Twitter. Faites un like, suivez, regardez, abonnez-vous, cela me sera d’une grande aide pour moi. Si vous souhaitez me connaître plus c’est par ici : Qui suis-je. Merci.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.