L’Auberge du Château à Nyon (Italien)

Une première expérience chez eux réussie, le repas fut bon, avec de jolis produits et un dressage soigné, les prix peut paraître un peu élevés mais pas tant que ça si on le compare a des tables similaires de même qualité, la quantité peut se discuter. Le repas a été perturbé par une averses et une brusque chute de la température malgré le très beau temps avant et après, mais ont a pu être accueillis dans la salle et par la même occasion découvrir sa très belle décoration qui rappelle un peu le cadre de l’Auberge de l’Onde.

Notre déjeuner :

Carpaccio de thon aux agrumes et grana secco (29fr)
Tartare de boeuf aux artichauts et parmesan (28fr)

* * *

Filet de boeuf aux morilles, légumes et pommes nouvelles (46fr)
Carré d’agneau au barbera et polenta bianco (44fr)

* * *

Tiramisu aux fruits rouges (18fr)
Semi freddo à la crème de pistache (18fr)

* * *

Jus de tomate 2dl (5.50fr) 2x
San Pellegrino 5dl (5.50fr) 2x
Vin rosé dl (6fr)
Vin rouge dl (8.50fr) 2x
Café (4fr) 2x

236 frs. pour deux personnes

Tartare de boeuf aux artichauts et parmesan : Il était bon, joliment présenté, du volume et un jeux de couleurs contrasté. A la base, un petit mesclun, garni de quelques trait de vinaigre balsamique et arrosé d’un trait d’huile d’olive très légère, subtile tout en ayant beaucoup de caractères, puis était dressé dessus une tranche de pain sur lequel se trouvait un très bon tartare de boeuf probablement “haché” au couteau avec du céleri et des herbes aromatiques le tout bien assaisonné, au dessus du tartare se trouvait de la rucola et des lamelles d’artichauts très tendres mais sans goûts puis tout en haut il y avait des copeaux de parmesan.

Carré d’agneau au barbera et polenta bianco : Il était très bon. Dressé avec soin, un carré presque entièrement désossé, petit mais il y avait l’équivalent de cinq côtelettes, cuit rosé comme voulu, il était délicieux, tendre, juteux, légèrement gras, dressé sur un lit d’épinard, de carottes et de courgettes qui étaient bons, tendres, accompagné de trois quenelles de polenta de mouture fine, bonne, belle texture, moelleuse, les quenelles tenaient biens. La sauce était bonne, réduite, corsée, l’alcool bien évaporée.

Carpaccio de thon aux agrumes et grana secco : L’entrée de mon amie.

Filet de boeuf aux morilles, légumes et pommes nouvelles : Le plat choisi par mon amie.

Semi freddo à la crème de pistache : Il était bon. Moulé dans un cylindre, légèrement glacé avec une texture moelleuse et agréable en bouche.

La situation : L’Auberge du Château (Place du Château 8, 1260 Nyon, +41 22 361 00 32) est un restaurant italien ouvert tout les jours de 8h à 24h, restauration de 12h à 14h30 et 19h à 22h30, 23h pour les pizzas. Il est situé au centre de Nyon juste à côté du château, de la mairie et du poste de police. Depuis Lausanne, comptez un trajet d’un peu moins de quarante minutes en train InterRegio et à pieds. Si vous optez pour la voiture, il y a un petit parking juste côté du restaurant mais je ne sais pas si est libre d’accès car les bâtiments de la police et la mairie sont juste à côté, autrement il y a le parking de “Perdtemps” payant de 400 places à quelques minutes du restaurant.

Le cadre : L’établissement possède une salle et une terrasse. La terrasse est très grande avec des parasols géants, un parterre de dalles sombres, les tables sont joliment dressées, les tables sont un peu groupées par “pack” sous les parasols mais ces parasols sont bien espacés les uns des autres. La salle est très belle, lumineuse avec des grandes fenêtres, un cadre sobre, des murs gris, un mobilier noir et beige avec un nappage blanc, l’ensemble est harmonieux, élégant.

L’ambiance : Il y avait beaucoup de monde sans être complet, c’était peu bruyant, mais la promiscuité des tables partageant le même parasol offre peu d’intimité.

La carte : Des mets italiens authentiques et créatives et des menus à 120 francs et des pizzas de luxes entre 22 et 29 francs.

Le service : Il y avait quatre personne au service, peut être un peu plus, c’était sympathique, souriant  et assez rapide au début mais comme souvent dans la restauration, l’attente fut plus longue en fin de repas.

La rapidité : La cuisine a été très rapide, il ne s’était même pas écoulé une heure à la fin des plats principaux et je pense que les desserts ont été oubliés ce qui explique peut être l’attente.


Agrandir le planJe suis également présent sur FacebookInstagram ou Twitter. Faites un like, suivez, regardez, abonnez-vous, cela me sera d’une grande aide pour moi. Si vous souhaitez me connaître plus c’est par ici : Qui suis-je. Merci.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.