Izumi à Genève (Japonais)

Ce soir, en compagnie de deux amis, nous avons décidés de tester l’un des derniers nouveaux restaurants japonais de Genève, il s’agit du Izumi qui fait parti de l’hôtel des Bergues, il propose une cuisine japonaise fusion avec quelques plats signatures de la célèbre chaîne NOBU. J’en suis ressorti un peu mitigé, mes amis aussi, le cadre est beau, les prix aussi, un service pro mais la cuisine bien que bonne n’était pas à quoi ce que je m’attendais, je me croyais plus dans un bar lounge à manger des tapas entre amis après le travail que de manger dans un restaurant.


Le restaurant IZUMI est au dernier étage de l’hôtel des Bergues (Quai des Bergues 33, 1201 Genève, +41 22 908 75 22) qui est situé juste au début du Pont du Mont-Blanc côté gare, il s’agit de ma première visite chez eux et je ne savais donc pas comment accéder au restaurant, la réception nous indique qu’il faut prendre un ascenseur jusqu’au sixième étage, passer par le SPA et monter un escalier pour arriver au restaurant, entre-temps, mon ami et moi étions perdu dans les couloirs du 6ème étage, heureusement qu’on est tombé sur quelqu’un pour nous remettre sur le bon chemin et enfin on a pu rejoindre la troisième convive qui me raconte qu’il y a un ascenseur avec un accès direct, mince !

On arrive dans une sorte de coupole au cadre et ambiance très lounge avec une musique bien présente sans être à fond, lumière fortement tamisée, couleur dorée, la pièce centrale compte je crois vingt couverts avec autour des sortes d’ailes externes où il y a des petites niches qui peuvent accueillir deux personnes par table, j’en ai vu trois. Nous étions dans la pièce principale, juste à côté d’une grande baie vitrée qui donne sur un jardin et les terrasses, table en bois, fauteuil pivotant en cuir, on est bien installé.

On nous amène la carte des mets, il y a un joli choix d’entrées à partir de 18 francs, les plats principaux commencent à environs 40 francs, je remarque un boeuf wagyu parmi les plats, il est à 75 et 125 francs pour respectivement 75 et 125 grammes, il y a aussi des menus business (uniquement midi), un menu dégustation à 130 francs, par contre pas de sushis à la carte, les prix sont relativement soft aux premiers abords.

Notre choix se porte donc sur le menu dégustation composé de deux entrées, un plat, un accompagnement et un dessert à choisir parmi cinq entrées, sept plats, deux accompagnements et  trois desserts. Qualifié ce menu de « dégustation » est je trouve un poil erroné vu qu’il est assez court mais si on décide de prendre chacun deux entrées et un plat différents chacun et que l’on partage tout, ça le devient, et c’est d’ailleurs ce que l’on va faire, on a également pris deux plats supplémentaires à la carte, au final notre menu se composera donc comme cela :

Menu dégustation (CHF 130.00) 3x

Tartare de thon sur riz croquant
Sashimi de bar, à l’huile de sésame et sauce soja au Yuzu
Sashimi de sériole du Japon au piment Jalapeño
Sashimi de saumon, Karashi Su Miso
Scampi, Chill Shiso Salsa 2x
~
Homard et kadaïfis de foie Gras, sauce Terriyaki et truffe
Loup de mer accompagné de champignons Shimeji et Oroshi au Yuzu
Boeuf Wagyu 75g, légumes de saison
~
Miso d’aubergines au Yusu 3x
~
Cheesecake, sorbet mandarine 2x
Choix de fruits rouges et crème glacée au yaourt
~
Badoit 50cl (CHF 9.00) 3x
Sancerre 10cl (CHF 16.00) 3x
Café (CHF 8.00) 3x

536.00 francs pour trois personnes.

Le repas commence donc par des edamames en guise d’amuse bouche, une belle portion bien saupoudrée de fleur de sel mais nous l’avait retirée dès que les entrées sont arrivées alors que le plat avait à peine été entamé, dommage.

Dans la première vague d’entrées, il y avait l’assortiment de sushis composé de trois nigiris de thon saisi, trois makis de thon au oignon nouveau et trois makis de sériole pour un total de neuf pièces, le nigiri de thon saisi était très bon, bien fondant et goûtu les makis étaient pour moi bien plus standard, en second il y avait l’assortiment de tempura de légumes et sa sauce, un mélange de sept pièces différente composé de poivrons, aubergine, carotte, courgette, shiitake, le reste m’échappe, j’avais trouvé la friture bonne et croustillante mais le légume en lui même un peu trop gras, le troisième met de cette première vague était le Sashimi de sériole au piment jalapeno, six tranches assez fines avec une rondelle de piment chacune, le tout baignant dans une sauce légèrement acidulée avec un petit bouquet de coriandre, en quatrième, il y avait le Tartare de thon sur riz croustillant, c’était très bon, le riz était croustillant dehors et moelleux dedans, le thon était au-dessus comme une sorte de toast, c’était onctueux et épicé.

Arrive la seconde vague d’entrées, on commence par ce Sashimi de bar, à l’huile de sésame et sauce soja au Yuzu, qui ne m’a pas fait grande impression, le poisson était déjà mi-cuit par l’acidité de la sauce. Il y avait aussi un Sashimi de saumon, Karashi Su Miso, qui étaient joliment dressé, le saumon était saisi et tranché, la sauce avait un côté frais et doux. Pour moi, la meilleure entrée aura été les Scampi, Chill Shiso Salsa servies dans une verre à cocktail avec au fond la sauce, une garniture croustillante et parfumée dans laquelle il faudra bien tremper la langoustine qui était parfaitement cuite, bien tendre et juteuse.
Sashimi de saumon, Karashi Su MisoNous voila enfin aux plats principaux, mon Loup de mer accompagné de champignons Shimeji et Oroshi au Yuzu était servi dans un grand bol évasé, une belle pièce, la peau était fine et croustillante, la chair était tendre mais pas assez à mon goût qui suis vraiment un fan du cru-saignant pour les poissons et viandes mais je suis quasi sur que la cuisson aurais été parfaite pour presque tout le monde, les champignons étaient bons, tendres, la sauce également, il y avait aussi du radis et piment jalapeno rapés et dressés au dessus du loup de mer. L’un de mes amis avait choisi le Boeuf Wagyu 75 gr. et légumes de saison, j’avoue avoir été un peu déçu en voyant l’assiette arrivée, une petite pièce de boeuf coupée en cinq tranches avec un bouquet de légumes sautés et servie avec trois sauces : sésame, teriyaki et une troisième passablement huileuse, j’ai goûté une tranche, elle avait très bon goût mais la texture était très standard, voir un peu dure pour mon ami, j’avoue que ce n’était pas une pièce ou une façon de l’apprêter le mettait en valeur ou alors c’était simplement une pièce de qualité moyenne. La troisième convive avait opté pour le Homard et kadaïfis de foie Gras, sauce Terriyaki et truffe qui je pense, sans l’avoir goûté, était le meilleur des trois plats que nous avons choisis. En accompagnement, nous avons tous choisi le Miso d’aubergines au Yusu qui était servi dans un bol avec des piques, la portion était généreuse, les aubergines étaient coupées en gros cubes, c’était fondant et bien nappé d’une sauce terriblement sucrée.
Loup de mer accompagné de champignons Shimeji et Oroshi au YuzuHomard et kadaïfis de foie Gras, sauce Terriyaki et truffeEn dessert, mon Choix de fruits rouges et crème glacée au yaourt était composé de mûres, myrtilles et fraises, c’était excellent, frais et léger, mes amis avaient tous deux beaucoup aimé leur Cheesecake, sorbet mandarine.
Choix de fruits rouges et crème glacée au yaourtEn service, j’ai pu apercevoir durant le repas quatre ou cinq personnes mais il y avait bien quelques personnes en plus dans les alentours, un service très pro, propre, digne d’un grand hôtel, il n’y a pas grand chose à redire mais il y manque un peu de convivialité, de décontraction. Le rythme est rapide, un peu trop à mon goût, parce qu’il y a deux services, celui de 19h00 et celui de 21h15, on se sent stressés, les entrées arrivent et défilent rapidement, j’avais pas l’impression de pleinement profiter de mon repas en compagnie de mes amis.

En conclusion, personnellement, le Izumi aura beaucoup de mal à se hisser parmi mes top japonais dans lequel figure par exemple le Kakinuma, le Sauan ou le Hashimoto, nous avons laissés chacun 190 francs chacun dont 36 francs de pourboire, à ce prix là, l’association du nom de NOBU, je m’attendais à plus de wouah.

Laisser un commentaire